En cette période décidément difficile pour moi de l'été parisien, j'ai essayé de me distraire de mes soucis en regardant le discours de Macron devant les deux Chambres (encore une influence d Outre-Atlantique: discours sur l état de l union; pourquoi pas?). 
On a parlé à juste titre de Monarchie Républicaine: un côté De Gaulle sans la grandeur gagnée pendant la guerre;

Tout ce discours d une heure et demie pour montrer l étendue des réformes entreprise par le Président des Riches. Comme d autres j observe la dégradation du pouvoir d achat. Voilà un résultat tangible desdites réformes. Comme Soeur Anne, je ne vois rien venir. Le pays se délite lentement et des zones entières basculent dans la pauvreté sans qu il y ait comme avant un parti puissant et un discours d espérance; je parle du "défunt" parti communiste. La démocratie s est vidée de son sens et dans la béance ainsi ouverte les partis extrêmes instrumentalisent la désespérance populaire ne la déviant vers le désignation de boucs émissaires et les dérives nationalistes inquiétantes chez nos "voisins" d Europe de l Est.

Revenons au discours royal. Macron fait amende honorable et semble avoir entendu avec la chute verticale dans les sondages la colère et la détresse d une partie importante de la population; il fait amende honorable et se dit humble.

Bravo les conseillers en communication! Ils ont été écoutés en haut lieu; c est déjà çà.

Et de dérouler une gigantesque série de réformes qui vont transformer la France.

On attend toujours les résultats; pour l instant  c'est pire...

Visiblement l Etat cherche de quoi financer ces projets grandioses.

Mais je m interroge: combien çà coûte ces engagements en Afrique et ailleurs? Combien çà coûte un hôpital?

On répète Europe, Europe, Europe. Bien, alors que l Allemagne nous rejoigne dans toutes ces guerres puisque apparemment elles sont "inévitables".

Pour la petite histoire: on a beaucoup applaudi à l évocation de l engagement en Afrique de la France.
En creux derrière ce néo-patriotisme qui fait flèche de tout bois (Coupe du Monde etc) il y a la crainte du déclassement et le repli frileux et la peur n est jamais bonne conseillère...