Choses vues entendues sues

26 octobre 2021

Eric Zemmour

Je me décide enfin à parler de ce personnage malgré ma résistance à le faire et les contradictions qui sont les miennes mais qui n en a pas?
Je commencerai pour l évacuer par le côté positif de ce personnage: il est incontestablement brillant, cultivé (on ne peut ne dire autant d autres dirigeants hélas; parfois je pense avec nostalgie à ce que fut Mitterrand sous cet angle), redoutable débatteur.
Passons à l'autre face: on a l impression à l entendre que TOUT se réduit à l immigration; je concède que c est un problème parce que ce pays comme l UE ne peut accueillir "toute la misère du monde".
Voilà j accouche de ce qui est pénible à dire pour moi (car je suis juif et je sais la situation de ces hommes et femmes refoulés de partout pendant la guerre et car j ai des idéaux humanitaires et je vois le paysage humain de ce pays se transformer à grande vitesse, ce qui est très déstabilisant).
Mais les problèmes de la France sont immenses: crise écologique, crise de l'énergie, crise de l emploi, crise de son rôle international, crise sanitaire qui a généré des souffrances énormes, notamment médicales...
Non l immigration qui est, je le répète un problème, n est pas le tout du malaise français.
Même si et c est d actualité l Islam ( 6 à 7 millions?) fait question et gravement; en témoigne le meurtre de Mme Knoll. Moi-même j ai été l objet de propos antisémites émanant de musulmans; je n y peux rien c est ainsi; je répète qu en Tunisie point d antisémitisme de cet ordre et le décalage est détonant; en France 10 à 15 propos antisémites provenant de français "de souche" et en Tunisie deux à trois provenant de corses et d un maltais.
J ai conscience que je peux agacer mon minuscule lectorat mais j ai décidé de parler vrai et cette judéité resort, non que je sois pratiquant ni militant sioniste, non, mais c est une part de mon identité et je n y suis pour rien!
Et c est justement là dessus - le qui sommes-nous, nous français, alors que de plus en plus de gens venus d ailleurs nous renvoient une image étrange de nous-mêmes - que joue avec virtuosité le sieur Zemmour

Posté par jeanlouisgil75 à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 octobre 2021

Sur la solitude...

Il fait gris, froid, et mon mal de dents récurrent est revenu; j ai été victime de crises de panique et Mathieu le fidèle ami de même que le mexicain semblent disparaitre de mon horizon.

 Seule mon amie Cécile m a textoté hier pour avoir de mes nouvelles; je lui ai répondu qu il est dur de vieillir et de veillir seul et de vieillir seul et anxieux; quant à mon frère ( c'est tout ce que j ai en guise de famille) il ne sent rien; les chocs de la vie c'est de l'eau sur les plumes du canard.
Sur un plan plus général, je sens que cette crise sanitaire interminable (en effet çà repart en France) du covid accroît les susceptibilités, enkyste les réfractaires au vaccin et au passe sanitaire (c'est le cas, hélas, de Mathieu qui me promet tant de fois de venir me voir et plus rien: il fait partie de cette partie de la population délaissée, abandonnée, enclavée; je ne lui en veux pas bien sûr car il est empêtré dans ses problèmes: une scolarité difficile et l'obligation de vivre avec papa et amman à 30 ans).
De plus je note que, en tant que vieux, je me heurte à une sourde hostilité ou a minima à une sorte d'intolérance au point que souvent je me dis: à quoi bon vivre encore si on devient dans le regard des autres un encombrant!
Comme j ai dit à un membre de la loge (ici aussi tout est perturbé par ce covid avec ces gestes-prison qu on appelle "barrières") et à mon amie que je vois de moins en moins: je dois faire face à trois chocs successifs: mort de ma mère, perte d'un patrimoine, cet appartement acheté par mes parents en 1978 qui a vu tant d'évènements durs ou agréables, et cette somme d'argent énorme (tout est relatif: le couple de trentenaires acheteurs gagne 16.000 €/ mois: c 'est çà la France de 2021), grotesque pour un homme de mon âge.
Jadis on héritait à 50-60 ans et on pouvait profiter mais  à près de 80 ans!
Je compte faire des donations à la recherche médicale en particulier dans le domaine de la neurologie; récemment un spécialiste disait son découragement; en 20 ans d'exercice il n avait rien à proposer à ses malades!
Pour couronner le tout je suis triste de regarder l'état de ce pays. M. Juvin, de droite mais peu importe la couleur politiquue disait la paupérisation de la France qui s enfonce, s enfonce; c'est pour moi insupportable que ce formidable héritage historique, culturel, économique dont nous devons prendre soin soit à l'abandon (voulons- nosu connaître les ort de la Grèce qui vend ses bijoux de famille à la Chine?).
Le mouvement "en marche" (je ressens dans cette désignation le vain orgueil) est riche...en paroles creuses et en promesses de Gascon; ou alors on vous promet ce qui a déjà été fait.
De Gaulle: "les français sont des veaux"; oui lui avait le droit de le dire avec tout ce qu il a donné à ce pays; peut-être le dernier à se contenter du minimum pour vivre. Un homme d honneur qui aimait son pays, pas les multinationales ni les potentats de telle pyas pétrolier.... et qui avait le courage des mots et surtout des actes!
Pour terminer ce blog dicté par une certaine désespérance (je n ai pas d abonnés ici et presque personne ne vient visiter ce site et alors? )
Comme disait une grande dame dont j ai la photo sur une étagère de livres: "sois à toi-même ta propre lampe, ta propre lumière".
C est une maxime bouddhiste qui revient à dire en bon français: ne comptez sur personne ( j ajouterai: même pas sur vous-même avec ces dramatiques crises de panique que je vis ces derniers temps qui traduisent notamment la souffrance personnnelle intime et celle générée par un pays en chute libre et un monde profondément déshumanisé).

Posté par jeanlouisgil75 à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2021

Matthieu Ricard

Consacrer un blog à ce personnage c'est bien le moins que je puisse faire, sachant que ledit blog n'intéresse pas grand monde mais pas grave çà me fait un peu de bien en ces heures si sombres pour moi.
Mathieu Ricard, fils d un philosophe brillant, Jean-François Revel,  d'abord été chercheur en biologie moléculaire auprès du Professeur François Jacob, Prix Nobel de Médecine; mais il a toujours été intéressé par la spiritualité et à un certain moment il a hésité, recherche ou engagement spirituel? On lui conseilla de terminer ses études, ce qu'il fit avec un doctorat; puis il devint moine bouddhiste, vécut sept ans dans les solitudes himalayennes, rencontra des maître tibétains qui l'ont impressionné par leur capacité d'amour.
Il devint aussi interprète du Dalaï Lama; il est en outre photographe, essayiste, humanitaire; tout le produit de ses ventes de livres va à des organismes philanthropiques. Il n a besoin de rien. J'ai visionné deux vidéos sur You Tube deux dimanches de suite; cet homme rayonne de bonté et ce fut très touchant de le voir enlacer sa vieille maman de 98 ans, elle-même artiste; il a en effet regagné son pays natal, la Dordogne.
Ce n'est pas dans mes habitudes mais je ne saurais trop recommander la lecture de ses "Mémoires"; je rappelle que son cerveau a été exploré et on a conclu qu'il était " l'homme le plus heureux du monde". Bien sûr il en plaisante; il est aussi capable de colère et d emauvaise humaeur.
L'essentiel n'est pas là en effet: dans un monde dévasté par l'Argent, l'Egoîsme, la Haine, la Peur, que çà fait du bien un homme de Bien!

Posté par jeanlouisgil75 à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2021

La nécessité vitale des contacts

Comme tout le monde, j'ai aussi besoin de moments de solitude pour me retrouver, me rassembler, me soustraire au regard de l'autre, etc
Mais il n'empêche que j'ai aussi (et surtout, vivant seul) besoin de contacts humains ou - pourquoi pas? - animaux.
Les contacts vous sortent du cercle étroit des préoccupations personnelles, vous aident à relativiser (ce qui vous frappe, d'autres le vivent aussi et même plus gravement) à vous regarder différemment (vous n'êtes pas que le vieillard diminué mais un être humain pourvu de potentialités) à vous découvrir au double sens de ce mot, à vous confier à autrui, et ainsi à vous sentir membre de la communauté humaine.
Sans compter que ces contacts stimulent les sentiments et les ressources internes (amitié, sympathie, amour, humour, voire créativité). C'est un ancien grand solitaire qui parle: six ans et plus de solitude dans mon enfance entre un père absent et une mère dont le travail était la grande affaire. 
Hier justement je me suis rendu à une réunion pas trop loin de chez moi (panique oblige) dans une loge. Certes il y a un côté formaliste qui peut paraître contraignant (mais est-ce que vivre en société n'implique pas de ce fait d'obéir à des interdits: je ne peux pas me promner nu dans la rue; je plaisante) et aussi il y a des aspects inévitablement un peu douloureux: envie, sentiment d'être plus âgé, comparaison désavantageuse plus généralement.
Mais la contrepartie positive existe: chaleur humaine, convivialité, échange d informations utiles, et chez moi sentiment d'avoir une famille que je n'ai pas.
Je reviendrai sur ce thème de l'insociable sociabilité de l'humain: on aime et on n'aime pas: "laisse-moi tranquille"; "tu me manques".
Pour terminer provisoirement je rappelle que la fameuse expérience d'Okinawa a démontré que les personnes âgées bénéficiaient au premier chef du contact de leurs semblables au point que cette dimension relationnelle impactait au delà de la qualité de vie l'espérance de vie comme la résistance aux facteurs pathogènes...

Posté par jeanlouisgil75 à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2021

Le virus qui rend fou

Je reprends ce titre à Bernard-Henry Lévy qui a écrit un livre au sujet du Covid. Je suis complétement d'accord avec lui. Je pense que, au delà des milliers de morts causés par ce puissant micro-organisme dans ce pays, il y a une souffrance multiforme, en particulier psychique. Ma thérapeute elle-même n'a plus d'heure supplémentaire à me consacrer et elle confirme: les gens vont mal, très mal. Il convient d'ajouter à ce coût psychologique les effets induits au plan économique: des gens ont été licenciés et de petites entreprises ont fermé notamment dans le petit commerce et l'artisanat. ne parlons pas de l'explosion des pauvres à Paris même.
Pourquoi ce virus rend-il fou?
A mon avis, parce que dans une société de très forte instabilité, ce virus inattendu vient ajouter une couche de chaos; tout change à grande vitesse et rien ni personne n'est fiable; au temps jadis, untel vous donne rendez-vous à telle heure et on pouvait être sûr que le rendez-vosu serait honoré; fini...En une journée j'ai eu deux rendez-vous annulés.
Prenons le cas du Liban déjà en quasi-faillite au plan socio-économique; le virus vient encore aggraver la situation. Et pour d'autres pays c'est pareil.
Je ressens une impression de tristesse dans ce pays comme jamais; pas seulement à cause d'un exécutif triomphaliste et hors des réalités; cependant je noterais une exception: le ministre de la Défense nationale, sobre, simple et vrai et, pour la difficulté de son poste le Premier Ministre. En général de très beaux discours non suivis d'effets dans la fine équipe...
A titre personnel, les dysfonctionnements que j'observe dans tous les services de l'Etat et - soyons honnêtes - dans pas mal d'entreprises ont été alourdis par l'effet virus. Je dirais volontiers pour résumer que le pays est en crise morale très forte, en pleine démoralisation. On est dans une sorte d'entre-deux comme une sorte de convalescence morose vu les incertitudes: y aura-t-il une autre vague? déjà on observe dans certains départements une stabilsation dans l'"amélioration".
A titre personnel outre une sourde douleur dentaire malgré les soins de mon dentiste pourtant remarquable je dois faire face à une multiplication des crises de panique.

Pour avoir une idée de ce que je ressens: imaginez que, cosmonaute, vous sortiez de votre vaisseau spatial relié par un câble et que le câble rompe. Du coup j'ai sur moi à portée de main un pilulier avec des comprimés d'anxiolytique.
Certes j ai à "gérer" un deuil très difficile ainsi que la vente d'un appartement, celui de ma mère, où tant d'événements ont eu lieu et une somme d'argent dont je n'ai que faire; à mon âge c en est grotesque. Je pense que le mieux que je puisse en faire: aider la recherche médicale en particulier dans le domaine des maladies neuro-dégénératives; un neurologue expliquait à la télé qu il se senatit impuissant; rien à proposer à ses patients depuis des années!
Un seul point positif dans ce marasme: la visite chez l'ophtalmo a montré que ma vue n avait pas trop changé depuis l an dernier.
La thérapeute que j ai appelé au téléphone au sujet de ma toute récente crise de panique comprend très bien ma situation; ma mère ne m a jamais appris à vivre seul; anxieuse qu elle était à mon sujet; mon frère s en sort mieux (apparemment selon la psy): il est un peu plus jeune et très tôt a fui la famille.
Je l ai revu récemment et l ai sondé au sujet de la situation; rien... autant je ressens ce que le covid fait aux gens, autant lui n a pour toute réponse sur l'inquiétude qui m'accable: " je suis parfois triste à l'idée de l'avenir de la planète"...
Comme dit très bien ma thérapeute: "vous êtes à vif". Je pense qu'elle inclut dans cette formule synthétique que je fais mienne mes douleurs dentaires. Le corps comme l'esprit crient leur mal-être.


 

A

Posté par jeanlouisgil75 à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 octobre 2021

Le bonheur çà existe?

L'âge arrive avec son festival de misères et l'époque est particulièrement sombre; je renonce à en mentionner les faces négatives; j'ai renoncé à regarder les chaînes d'info en continu: bourrage de crânes et nouvelles toutes anxiogènes. Il est vrai que nationalement" la France n'est plus "le pays où les trains arrivent à l'heure et où le courrier parvient à destination".
Abruti de solitude, je me suis rendu après bien longtemps chez les japonais, non loin de chez moi ce dimanche alors que la rage de dents s'était enfin calmée. 
Je retrouve avec plaisir ce petit temple voué au culte "néo-bouddhique". Yoko a un peu vieilli et quelques personnes entre deux âge étaient présentes plus un graçon de Conflans Ste Honorine àl'apparence de sdf ou quasiment. A mon avis c'est un échantillon d'une France "perdue" (comme moi mais d'une autre façon) qui se retrouve ici, bien au chaud.
Un film de Maître Okawa, auteur de 2500 livres, sur les fantômes, les envoûtements, les vies antérieures, etc.
Le film est bon avec pas mal d'effets spéciaux et l'acteur dans le rôle d'étudiant en lectures d'âmes était beau gosse et vêtu comme un mannequin de Kenzo, à la limite du vraisemblable.
Distrayant si on veut.
Mais après Yoko se mit à pleurer; elle devait cèder la place à un trentenaire venu; de Tokyo anglophone; je ne me fais pas de souci; les japonais apprennent vite...
Le petit speech de Yoko fut très sombre car Me Okawa prédit le pire: nouveaux variants, multiplication des catstrophes climatiques et même 3ème guerre mondiale; pour lui c est une punition divine contre les hommes devenus incroynats. En effet Okawa professe un curieux mélange de bouddhisme "populaire" et de déisme. Je me suis alors exprimé ne voyant pas bien le lien entre bouddhisme en principe agnostique (le Bouddha historique ne voulait pas se prononcer sur l'existence de Dieu; seul le côté pratique et "thérapeutique l'intéressait). Mais la réponse fut que Okawa était une incarnation ou de Dieu ou du Bouddha ou des deux. Pas clair. En fait Okawa se présente comme un super-médium qui reçoit à longueur de temsp des messages de l'au delà. Ce qui me fascine chez lui est un mélange entre des propos empreints de sagesse et des histoires folles du type "Macron est la réincarnation d' untel etc"; il est capable par exemple de lire vos vies antérieures.
Après la séance j'invitais le garçon de Conflans à boire un verre. Il est bien informé et a beaucoup de jugement mais son allure m'a dissuadé de l'inviter chez moi. Je le voyais trotter à mes côtés et enfin je trouvai la "solution": mon logement était trop chaotique.
Que conclure?
A titre personnel çà m'a fait du bien ces contacts, ces échanges, çà m'a fait oublier mes nombreux soucis en très grande partie associés à la solitude, à la vieillesse et à une époque compliquée, angoissante et mutant tous les trois jours.
Que faire? écrivait Lénine.
Je ne peux que répéter la célèbre question.
Je ne suis pas devin ni prophète ni marchand ni intellectuel visionnaire.

Posté par jeanlouisgil75 à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2021

Du grand n'importe quoi

Je tremble pour la France et son avenir proche; nous aurions donc le "choix" entre l'extrême droite revancharde, populiste, animée par la peur et la haine et un président qui fait les preuves de son incompétence, de son mépris du peuple, de son mondialisme boboïsant.
Les derniers propos de ce Président porte-poisse (en plus) me plongent dans un abime de perplexité. A savoir cette "part d'africanité" de la France. Ah bon? Quelle part d'africanité? Depuis quand les descendants des Celtes, des Gallo-Romains voire des Juifs venus avec les légions romaines auraient dans leur gènes une "part d'africanité".
Soit je n'ai rien appris de l'histoire de France soit ce discoureur schizophrène se met à délirer. Ou pire sachant ce qu'il fait, il use de la brosse à reluire vu les richesses minérales du continent noir que la France regarde avec les yeux de Chimène...
Je suis d'autant plus à l'aise pour m'exprimer qu'on ne saurait me taxer de racisme...
A moins que, tant cette énormité (une de plus) est sidérante et grotesque, on veuille faire référence à l'ancêtre paléontologique des humains de fait d'origine africaine. Mais c'est si loin que les gènes des populations ont pu se mélanger des milliers de fois.
Je serais d'accord avec ceux qui voient dans cette contre-vérité scandaleuse une vision mondialiste et mieux auto-réalisatrice. Il y a c'est vrai des noirs d'Afrique en France et, de plus en plus, c'est un fait mais de là à parler de part d'africanité...
Je crains que ces propos qui sont censés rassembler décousent encore plus le tissu déjà fragile d'un pays que je ne reconnais plus...
Je suis inquiet vraiment car ces propos complaisants et intéressés, ceux des bobos (précisons: habitants des métropoles, aisés, branchés, connectés) qui de fait voient dans les africains des nounous pour leurs enfants, des domestiques pour eux-mêmes, des travailleurs uberisés, des éboueurs, des caissières de super-marché...
On comprend mieux ce discours démagogue; M. est un des leurs et il n'a été que çà tout au long d'un quinquennat à vomir.
Quant au ministre de l'Education (?) le voilà défendant les trans-genres ados alors qu'à cet âge on ne sait pas encore très bien ce qu on est; de plus au cas où il y aurait trouble dans le genre (Judith Butler) franchement ne serait-il pas trop tôt pour trancher? Et à quoi servent les psys?
Cette manière d'épouser au plus vite les désirs de quelques-uns fait problème; pour ne rien cacher moi aussi à cet âge je me posais des questions; pour autant j'acceptais quitte à consulter ce que je fis et je continué à faire.
Pour le coup au delà de M. et B. c'est tout une société qui est déboussolée...
Comme une majorité d habitants de ce pays qui fut grand je suis atterré par les derniers événements, en particulier l'affaire des sous-marins. On ne pèse pas lourd dans le monde et les alliés américains n'en ont rien à faire des contrats dûment signés  et c'est triste de vivre à une époque et dans un pays où la haine, la violence et l individualisme effréné de même que ce patriotisme hystérique un peu partout sont au premier plan.
Entre antisémitisme renaissant (menaces de mort visant des personnalités juives et morts réelles; pensons à cette malheureuse Mme Knoll et à tant d'autres), violence extrême (maintenant on vide ses querelles en tuant), narco-trafics, inégalités de fortune parmi les plus fortes au monde, oui vraiment ce pays traverse un âge parmi les plus noirs de sa longue histoire...


Posté par jeanlouisgil75 à 20:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2021

Le temps passe

Le temps passe pour moi comme pour tous et pour tout ou plutôt comme dit l'autre le temps reste et nous passons. Eh bien je suis resté sur Paris cet été à la notable exception d'un aller et retour à Trouville, lieu chargé de souvenirs, avec mon frère; celui-ci a "consenti" à m'accompagner.
Les temps changent et Trouville, ville-souvenir des "temps hereuex" a changé et n'a pas changé comme a dit mon frère et j'ajouterai "nous avons changé".
Bon petit repas non loin de la mer et du monde certes mais pas trop et j'ai senti un subtil changement de la population comme une sorte de gentrification, là aussi.
Sinon, une fois de plus j'observe que tout devient compliqué aujourd'hui: moins de personnel et plus de machines. Un seul exemple: les toilettes; terminé la dame-pipi, maintenant on adroit à une sorte de cabine hermétiquement close (idéal pour les gens anxieux comme moi) avec un monneyeur difficile à repérer et une ouverture difficile à effectuer: ile fallait faire pression sur un bouton lumineux puis pousser la porte mais, début d epanique pour moi, la porte ne s'ouvrait pas; enfin, je compris qu'il fallait faire pression sur le côté droit et non sur le côté gauche.
Je résume: tout dveient compliqué (merci les algorithmes) et moi je suis un grand anxieux; alors le vacances à d'autres. Les vacances pour moi, ce sont les élèves...
Et puis ras le bol de ces injonctions; il faut partir en vacances, il faut faire ceci; il ne faut pas faire cela.
Covid, défiance pour le politique, influence des réseaux dits "sociaux" contribuent à rendre le climat malsain en France.
En témoigne entre autres la résuregence de l'antisémitisme. Qui n'a jamais disparu. Mais à présent l'hydre hideuse réappararaît comme au Moyen Age. C'est à eux la faute, ce sont eux le covid, ce sont eux la crise, ce sont eux les médias, ce sont eux le fric-roi (je rigole à consulter les chiffres des plus grandes fortunes françaises mais la raison n'a rien à voir là-dedans); j'en profite pour évoquer la grande figure de Jacques Chirac qui a su prendre la mesure de ce fléau "bien de chez nous", comme disait Jean Nohain. Je reste pessimiste: éducation ou pas, quand çà ne va pas, la vieille cible reste présente toute prête à servir. Et quand çà va, l'antique démon s'assoupit mais s'assoupit seulement. 
"Le ventre est encore fertile de al bête immonde" Bertold Brecht.

Posté par jeanlouisgil75 à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2021

Comment occuper son temps?

Aristote distinguait temps libre, temps aliéné et temps mort. pour moi bloqué sur Paris par le covid, la complexité de la vie moderne (thème qui revient souvent ici, je ne le reprendrai pas), l'isolement associé à l'âge; superbe Edgar Morin qui, à 100 ans, continue à penser, écrire, se sentir concerné par le monde!
Le temps libre est celui de l'être humain sans "négoce": origine latine negotium signifiant affaire (cela a donné négoce) oisif sans la nuance péjorative. Le temps pour lui est une richesse car il ne doit rien à personne. Ce temps est dans le meilleur des cas celui de la création, du partage, de la liberté d'agir et de penser.
Le temps aliéné est celui que l'on vend ou loue à  un patron, celui dont parle Marx. Le temps mort est celui du retraité par exemple qui "tue le temps": horrible expression car il ne sait quoi en faire. On ne tue pas le temps, on en  fait un ami...
Quant à moi, une fois encore me voila condamné à jouer les gardiens d'immeuble, "j'adore".
Mais j'essaye de m'occuper positivement entre la méditation que j'ai prolongée à 2 h/jour, un peu de peinture à l'acrylique, lecture, visionnage de films ou documentaires sur l'excellente chaîne Arte. Hier visionné un dvd de Woody Allen, encore un petit chef d'oeuvre avec des acteurs prodigieux appartenant au genre "films d'adolescents": Jour de pluie à New York. Le dialogue est percutant, bourré de saillies étourdissantes.
Heureusement, un "voyage" est prévu à La Charité sur Loire où le jeune mexicain s'est acheté un logement, Paris étant hors d eprix même pour un surdiplômé comme lui, un autre très bref à Trouville avec mon frère. Mais ce voyage s'il est relativement simple réveillera de douloureux souvenirs. Avec mon frère et mes parents nous y sommes allés tant de fois...Nous y possédions un petit appartement.
Douloureux d'autant que avec mon frère nous avons procédé au tri ultime avant le débarras qui a eu lieu il y a peu, celui de l'appartement de ma mère.
Moment très dur presque aussi dur que le jour de l'inhumation. Ma mère gardait tout. Y compris ses cahiers d'école. Ma mère était vraiment exceptionnelle au point que je regrette de n'avoir pas assez insisté sur son exceptionnalité le jour de ses obsèques où avec mon frère nosu avons évoqué sa mémoire.
Première dans toues les matières, autant scientifique qu'artiste. Ses dessins à l'âge de 15 ans sont criants de vérité: insectes, animaux divers, fleurs, plantes, dignes de naturalistes professionnels.
Ma nièce à de qui tenir. Elle est chercheuse en climatologie et a écrit une nouvelle poilicière à 12- 13 ans. Je ne l'ai toujours pas revue depuis 2014...
Mais je fais avec...
A l'heure des bilans je me sens bien pauvre en talents...

Midal aurait répondu: et alors? S'accepter comme on est est comme on nait.


La vie est le premier des biens et selon les bouddhistes naître dans la peau d'un homme est déjà une grâce...
Sur ce, allons méditer...


Posté par jeanlouisgil75 à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2021

Une présidence malheureuse

Qu'avons-nous fait en France pour mériter une telle calamité?

Je veux parler une fois encore de l'exécutif; un discours martial, autoritaire, technocratique, solitaire, bien dans le ton d'un mandat qui aura été marqué d'un bout à l'autre par l'incompétence, l'inculture, les faux semblants, l'auto-flagellation de l'histoire de ce pays.

D'un bout à l'autre de ce mandat marqué de plus par ce covid interminable (bien sûr "il" n'y est pour rien) et la révolte des gilets jaunes et les manifestations anti-réforme des retraites. Je vois dans l'incendie de N D de Paris comme un symbole du déclin français incarné par un homme sans empathie, faux,  méprisant, dans la posture et le mensonge. C'est un démagogue autoritariste qui impose ses vues et se livre à de fausses consultations. pour donner le change.
Un homme d'affaires, qui s'est proclamé président d'un vieux pays, sorti du moule des grandes écoles hors sol.
Je vous donne mon sentiment qui n'engage que moi et j'espère beaucoup d'autres: que je pense à Mitterrand, Chirac, Sarkozy, et a fortiori De Gaulle, je mesure le contraste saisissant. Charisme humaniste de Mitterrand, authenticité et réelle bonté de Jacques Chirac, Intelligence politique de Sarkozy, et De Gaulle qui, lui avait une vision et un sens de l'Histoire.
Au plan personnel, toujours ce fond d'anxiété, ce sentiment de solitude pesante accentuée par la "perte" de mes élèves qui sont en vacances,  (les jeunes ont beaucoup souffert de leur scolarité, très bousculée par la pandémie, avec un ministre de l'Education qui achève la ruine du sytème scolaire français fondé aujoud'huisur la compétition, le culte du rendement, l'ode à la technique et le mépris des enseignants).
Il fait gris, sombre, il pleut et je me sens seul, plus que jamais, mais ce billet m'aide un peu.
Ne pas conclure trop vite que ma critique de l'exécutif soit dicté par mon humeur. Très tôt j'ai senti que la minorité qui a porté au pouvoir ce "jeune" Président l'a fait par défaut, dans toutes les acceptions de cette locution.
Une petite consolation dans ce climat de morosité bien lourd pour qui a connu le "légèreté" de naguère; ailleurs des peuples et des pays souffrent aussi et en Europe même...
J'ai besoin d'ailleurs et de nature plus que jamais, des autres aussi.
Canalblog ouvre les fenêtres même virtuellement...Mieux que rien.




Posté par jeanlouisgil75 à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]