Choses vues entendues sues

19 février 2019

Etre optimiste ...être pessimiste...

Il m est souvent reproché d être pessimiste et decregarder le monde avec des lunettes noires pu grises.

Je ne contredirai pas les témoins amis ou telations à ce propos.

Je ne referai pas non plus les nombreux et divers motifs de ce regard.

Cette fois, histoire d examiner en quoi le point de vue opposé a quelque valeur.

Déjà dans ma jeunesse mon père et ma mère me faisaient observer cette inclination; par la suite j ai du cesser de fréquenter une amie pour son.jugement tranché sans essayer de comprendre.

Aujourd'hui j apporterai de l eau au moulin des optimistes histoire de sortir de la routine.

Le bouddhisme de même que la doctrine syncretique de Me Okawa nous enseignent à toujours jeter un regard positif sur la vie et le monde, pour notre propre bien.

Enfin l ecemple de Fabrice Midal, createur de l ecole occidentale de la meditation est eloquent; issu d une famille de juifs sepharades et ayant beacouo souffre du non dit sur l ectermination de ses ascendants à Auschwitz il s enfuit en Amerique et rencontra des adeptes de son Maitre tibetain Chogyam  Trungpa.

Par la suite de retour en France il créa son ecole enthousiasmé par la meditation.

Aujourd'hui il présente un visage souriant de même que le célèbre Mathieu Ricard.

Pour finir trop vite sur un sujet complexe je donnerai raison aux adeptes du sourire malgré; il est vrai que ma journée est toute transformée si une caissière ou un.voidin.me sourient.

Et toi ? me dis je et toi?

Justement j essaye de le faire même si je dois me forcer; deul ce blog sert d exutoire à  cette négativité qui serait un.marqueur identitaire.

C est là que réside ma difficulté je pense.

 

Posté par jeanlouisgil75 à 08:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]


18 février 2019

La nature, moi, les autres

Dimanche calme, trop calme avec de nouveau une megasieste hélas (je pense en avoir déjà parlé il y entre une sorte d envie de cocooner, loin de ce dehors perçu comme vaguement dangereux).

Ce matin rdv chez l ophtalmo car mes yeux fatiguent avec l écran du petit smartphone: toujours cette panne du réseau fibre; dois je preciser que l ex client roi n a droit à aucu egard, aucune excuse, aucune explication mais ce client ligoté est présent pour les factures.

Mais je ne vais pas encore me plaindre; ce matin on interviewait un jeune couple de romanciers: ces auteurs disaient le monde implacable qui était celui de la nouvelle génération: culte de la performance dès le primaire, competition féroce, individualisme effréné.

La dictature de l argent que le regime actuel renforce derrières les apparences domine tout et fouette le chzcun pour soi; notons l hyperindividualisme des gilets jaunes: des atome agglomeres pas un collectif structuré et aux objectifs clairs.

Le malheur traverse toutes les couches sociales, toutes les generations, et je crois que les superprivilegies qui ont tout perdent le sens de l humain.

Mais je traite de la nature; j ai dit que j aime la nature et qu elle me réconforte le plus souvent mais à Paris il faut chercher.

De manière plus générale dans notre Chaos d une part nous avons affaire à une autre nature saccagée et fortement appauvrie (la vision imperialiste de Descartes sévit à grande echelle).

Il y a mieux si je puis dire: des naturalistes à la radio ont pointé ces faits: 1) l hyperspecialisation actuelle compliquait la tâche des personnes chargées d identifier les insectes par exemple et 2) le rapport de l homme avec la nature qu il hait dans le fond (toujours la toute-puissance du Moi) est clairement un rapport de predation et d inconscience.

Un discours de grande portée a été tenu par les naturalistes: l Homme devrait enfin porter un regard radicalement changé sur cette nature défigurée: l hommen est pas dans la nature ni avec la nature mais la nature.

Une revolution copernicienne nous est suggérée: nous ne sommes pas des usagers de la nature mais ses hôtes au meme titre que la moindre bestiole.

Une forte image à mediter: une fourmi si elle pensait que penserait elle de ce géant cruel, destructeur, impressionnant?

J ai eu suivi des cours de biologie pour adultes et notre enseignant nous a dessiné l image de homo dit sapiens au milieu des especes vivantes; il occupe un petit point parmi d autres points; on est loin des anciens schémas où Sa Majeste trônait sur l ensemble de la Creation. 

Le bon La Fontaine a été sans le savoir un precurseur de cette ecologie radicale.

Comment ne pas souscrire à  ce nouveau regard: l Inde ancienne avait compris la place toute relative de l homme dans le "concert," du Vivant.

Me Yoga dont les postures ont nom d animaux en porte témoignages.

Nous sommes la Nature, non dans la nature, non avec ni a fortiori contre...

Je pense revenir sur cet important sujet en essayant de le relier au tragique contemporain où plus que jamais nous nous sentons inutiles sur cette Terre.

Inutiles parce que ayant perdu le sens même de notre presence au monde.

 

 

 

 

 

Posté par jeanlouisgil75 à 07:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 février 2019

Autres temps, autres moeurs...

Par cette journée de printemps en février, mois generalement très froid, je me suis rendu à une conférence dans les locaux de la gldf; on sait qu en France le climat social et le moral sont extrêmement préoccupants.

J en veux pour preuve le déchaînement antisemite dont a été l objet le philosophe et académicien Alain Finkielkraut; on a le droit de ne pas partager ses idées, tout ou partie mais c est insupportable.

Où sommes-nous?

Dans la France de Pétain ou l Allemagne des années 30?

C est pour moi insupportable, cette haine mortifère hélas banalisée et ces actes (est-il besoin de rappeler la longue série de meurtres dont ont été victimes des français de confession juive crs dix dernières années ; je sais que des églises ont été vandalisées; mais l antisemitisme a ceci de particulier; il s inscrit dans la longue histoire et a connu son sommet avec 5 millions de morts en Europe soit le tiers de la population juive mondiale...et les derniers temoins de partir avec le temps qui passe

La bête immonde est toujours féconde.

Oh  j aimerais parler des papillons et des fleurs des champs croyez-moi mais l air devient irrespirable.

Un exemple? Sur le trajet du retour je prends un métro bondé (au fait pourquoi bondé?): un sans-abri monte dans la rame et un homme drogué ou avine l interpelle violemment au point que le quémandeur est descendu à la station d après.

Au fait encore pourquoi ces incendies se multipliant à Paris? On parle de gaz, de vétusté...Bien mais pourquoi cette augmentation?

Cependant reste la cadre mondial au delà de la Crise française.

J ai écouté avec attention l orateur chinois nous parler de la situation dans son pays; il se dit alarmé étant en etroit contact avec la Chine ; j ai pu m entretenir avec une personne du public; pediatre argentine vivant en France elle a évoqué la situation en Amerique latine. Un peu partout la crise: dans son pays d origine l hyperinflation; au Brésil le regime ultra; et je sais,qu au Mexique que je connais comme le Bresil et l Argentine (un peu) on compte plus de 3000 homicides par an!

Le siège de l obedience maçonnique se situe dans le 17me ( rappelons qu il a été tagge: slogans antimaconniques classiques en périodes de grave crise sociale.

Il se trouve que j ai été pion dans mes jeunes années au lycée Chaptal où travaillait ma mère dans ce même 17me arrt.

Des bouffées de melancolie m ont envahi malgré ce soleil absurdement printanier.

Cela se passait il y a très très longtemps dans une autre ère au sens géologique du terme...

 

 

 

 

Posté par jeanlouisgil75 à 08:54 - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 février 2019

Le bruit de fond de l âme

J ai pensé à ce titre pour essayer de dire ce qui se passe dans notre psychisme à l arrière plan...

Le terme importe peu mais quand même; il est mieux de nommer les choses; c est là tout le travail de la littérature et de la philosophie.

Voici: hier journée "heureuse", le jeune mexicain ayant trouvé un bon job chee Renault à 2300 €/mois et heureux de m annoncer une série de bonnrs nouvelles: decrochage sans trop de problème d un poste qu il merite largement, acceptation par sa logeuse de proroger son bail, contact positif avec l ambassade du Mrxique etc

En ce qui me concerne il m a assuré que je pouvais compter sur lui; de fait il a fait le ménage chez moi impeccablement et a promis de m aider pour autre chose.

Du coup pour fêter l evenement de son recrutement ( il sera executive dans le secteur des voitures électriques) je l ai invité dans un restaurant branché près de chez moi: menu moyen mais decor et assistznce assez aisée. ..

Venons-en au bruit de fond; bien sûr  j etais content pour ce garçon surdoué (il m a raconté qu un de ses oncles assez aisé l a adopté malgré 9 enfants à  charge)

Allam est un garçon intelligent d évidence et semble t il sincère dans son désir de m aider (je crois qu il a apprécié de trouver sur son chemin de vie un homme sans enfants point trop stupide et evoquant cet oncle et hispanophone de surcroît.

Bruit de fond: sur un plateau de théâtre il y a un rideau sombre qui est present jusqu au bout de la pièce.

Chez moi c est pareil; depuis mon demenagement, la maladie de ma mère, les signes de l âge j ai observé que comme hier certes j etais content sans équivoques mais sur un fond de...digficile à dire, d un mixte de tristesse, vague anxiété, voix interieure venant casser le mood ...

Je terminerai par cette anecdote vraie; dans mon ancienne loge, un septuagénaire richissime, syndic et proprietaire d un beau domaine en Normandie me confiait que, alors qu il passait des vacances en montagne il ressentait ce bruit de fond par derrière.

J aimerais avoir des tempignages à ce sujet; je pose la question: comment depasser ce bruit de fond? 

Et comment sinon s en délivrer comment y consentir?

 

 

 

Posté par jeanlouisgil75 à 07:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 février 2019

Un jour ordinaire en France en l an de grâce 2019

Nous vivons ici dans l urgence, l etat d urgence et toujours et toujours comme dans un vehicule spatial qui fonce dans le vide à grande vitesse sans que les passagers de ce vehicule sachent très bien ce qu ils font là, pourquoi ils sont là et où ils vont...

Mais amis visiteurs et chez vous?

Ma journée, soyons honnêtes, avaient plutôt bien commencé (façon de parler: le normal d hier devient le merveilleux d aujourd'hui: en effet - toujours avec ma panne sans fin du reseau Orange mais tout le monde s en fiche du moment que les factures sont honorées - je me suis rendu dans un atelier de photocopie. Et - ô  miracle - çà a marché! Savoir que trouver un atelier de photocopie ici relève de la Quête du Graal   maintenant: tout le monde n est-ce pas est censé être équipé non?

Puis au B H V qui n est plus le grand magasin que j ai connu, agréable et bondé, je m achète une carte postale pour une relation dans mes âges qui m a envoyé une carte confectionnée par lui.

Comme il se doit trouver le departement cartes relève du jeu de piste pour scouts aguerris; enfin carte trouvée mais encore faut il tomber sur une enveloppe de même format. 

Mission impossible...comme par hasard: on a besoin de votre argent non?

In fine je trouve carte et enveloppe ad hoc et là surprise: le prix, celui d un livre.

On prend.

Bien, je retrouve mes pénates et le soleil me réjouissant, je sors me promener (on se serait cru en avril!) et me rends à la bibliothèque du 15me, calme et bien pourvue; je me choisis un magazine et un opuscule de Pic de la Mirandole que je savoure à  l avance; je me choisis un bon fauteuil lorsque la sirène retentit!

Puissante, imprévue, surréaliste pour un lieu de paix.

Du coup le personnel demande d evacuer illico!

Mince pour une fois que je comptais me vider la tête...

Je devale les escaliers calmement avec les autres (j ai déjà observé ce calme chez moi en sotuation critique; j aimerais en parler plus avant).

Dehors j interroge le personnel: on m avoue que les alertes ne sont pas rares et parmi ces alertes la plupart sont de fausses alertes...

Entre les pannes sans fin du resau fibre, les dysfonctionnements de TOUS les services publics, l égoïsme sacré des habitants, la crainte des attentats, les gilets jaunes qui tournent violent, les infox, les anti de toutes sortes...comment garder la tête froide si on l a toujours.

Au Venezuela les gens ont faim et puisent leur provende dans les poubelles; au Venezuela, ex pays richissime grâce à son or noir!

Mais c est merveilleux la vie en France en l an de grâce 2019.

Oui on a raison, je me plains trop!

 

 

 

 

 

 

Posté par jeanlouisgil75 à 08:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]


14 février 2019

Saint Valentin...

Vieille tradition française et saint non reconnu par l Eglise; il y a quelque chose de charmant dans cette coutume...

Mais fait-elle encore rêver cette coutume, prise en echarpe qu elle est entre sa recuperation par le marché et les sites de dating, speed ou pas et le climat lourd qui regne dans cette France qui a changé d identité pas au sens des ultras d un patriotisme hystérique; le drapeau français ne s exhibe pas mais se porte dans son coeur; pour moi la France est d abord un pays magnifique mais encore la patrie de la culture universelle, phare de nombreux pays de par le monde.

Pour revenir à  l ego, je ne sais ce qu est l amour et pour me consoler je me dis que cet amour introuvable parce que empêché par maints obstacles est selon les poètes rêvé ou passé ou malheureux.

Vive l amour au sens de l amour de l humanité amors!

Vive l amour comme puissance victorieuse des forces de haine!

 

Posté par jeanlouisgil75 à 07:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 février 2019

Une société de la tension

En jouant sur les mots je dirais: une société de la tension et pas de l attention...

Comme pour confirmer, ce matin (est-ce la bêtise /jour?) voilà que suite à un faux mouvement je renverse une partie du contenu de mon recipient à café moulu!

Qu est-ce dans ce geste inaugural de la journée revient à un eveil trop brutal, à l effet du medicament, à l âge ou au climat général de nos sociétés "sur les nerfs"?

Je crois qu il y a un peu de tout dans cet..accident domestique; on se doute que je m en serais passé: temps perdu à essayer de récupérer le café, à  nettoyer, à remettre de l ordre, petit enervement...

Pour le coup, je voudrais revenir à ce trait typique de cette époque: la course contre le Temps dont je suis et la victime et l acteur en definitive consentant.

Je commencerai par ma personne: sauf rares exceptions j ai hâte d achever une tâche donnée pour...je l ignore. A chacun son tempo; ma mère me bousculait pour m imposer son tempo à elle; j en ai gardé la trace.

Passons à  l epoque tant il est vrai qu il est presque impossible d echapper à  l'ethos ambiant.

J ai observé chez les élèves la rapidité de leurs gestes et ce besoin de "remplir": pas de temps morts, surtout pas; pas de temps "perdu" surtout pas; pas de temps de detente surtout pas...A mon avis aussi (surtout?) les gens veulent en avoir pour leur argent: "je ne veux pas payer un prof à ne rien faire; c est assez cher payé come çà! Je précise que le plus gros c est l organisme qui le perçoit.

Pourquoi cette hâte folle? Pourquoi cette course? Pourquoi cette impression d etre débordé? Sirout à  l heure des machines economisant le temps.

J y vois ces explications: d une part notre assimilation aux machines justement; avez vous remarqué cette conception du cerveau humain à  l ordinateur? Cette comparaison est fallacieuse; le cerveau est un organe vivant et obeit aux lois de tout système vivant; l ordinateur sorti du cerveau humain est une machine obeissant aux lois de la physique.

Entre en jeu aussi l economisme qui valorise la performance et le principe de rendement; le taylorisme est passé par là: times is money.

Il y a aussi sans doute de manière compensatoire l occupation du temps de cerveau par des occupation inutiles elles commandées par le système de l injonction consomatrice.

Consomme et tais toi: consomme des aliments toxiques, des jeux debiles, des voyages polluants et superficiels, des repas sur le pouce, des amis et parents qu on ecoute pas en pensant au prochain ticket dans la file d attente...

Mais quel monde de fous!

Dans l Antiquité le negotium signifiait l absence de l otium soit l absence de l oisiveté soit du rien faire. Les citoyens de Rome se prelassaient dans les thermes et s entretenaient avec calme et du coup.etaient attentifs à  l autre.

Remarquable basculement de sens et de civilisation: le negotium terme pejoratif est devenu la loi du monde.

Et supreme contradiction: dans le meme temps où  nous sommes soumis à  ces rythmes d enfer on nous prescrit ad nauseam d être cool, zen, heureux.

Nous sommes esclaves de la machine, de la consommation, du productivisme, de la mode; oui c est classe d avoir un agenda surchargé et de faire plusieurs choses en même temps: c est in, c est jeune, c est dynamique.

Alors on est vraiment dans le siècle et on lui appartient...comme les esclaves, que nous sommes devenus "librement"

 

 

Posté par jeanlouisgil75 à 07:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 février 2019

Dernier acte?

Ce jour presque pas de nouvelles réconfortantes d ailleurs ou d ici.

D ailleurs entre la triste evolution des usa, la situation gelée en Algérie et le regain de la violence en Amerique latine et ce qui se passe ici on a ...l embarras du choix.

Mais ainisi que je l ai déjà dit en France une etape supplementaire vient d etre franchie.

L attaque contre les biens et les personnes.

Et le spectre du vieil antisemitisme renait de la manière la plus odieuse.

Finis Franciae?

Posté par jeanlouisgil75 à 08:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 février 2019

Privé et public

Ce n est pas d une grande originalité mais la sphère publique impacte dans une certaine mesure la sphère privée.

Hier j ai pris mon courage à deux mains; plutôt que de roupiller chez moi je me suis rendu chez les japonais et bien m en a pris.

Du monde, Yoko toujours raffinée et aimable, des personnes que je tutoie; en gros classe populaire ou moyenne, désoeuvrés plutôt  âgés, jeunes en desherence et une ou deux illuminés qui ne manquent jamais dans ce type de structure.

Mais cette fois j appreciai pleinement le petit abri douillet en cette meteo médiocre actuel (mais tout devient mediocre ici). Au programme seances de channelling de Me Okawa. Coment croire toutes ves choses?

Mais je suis ouvert; après tout que savons nous du Reel?

Et on a eu droit à une attaque en règle  contre l ennemi de toujours du Japon, la puissante Chine qui nous fait souffrir ici et ailleurs par sa guerre économiques où tous les coups sont permis; notons Au passage que notre crise economique a ses causes en Chine entre autres.

Enfin j ai eu droit à une reponse de Mathieu qui se dit mal en point; je pense qu on s est raccomodes et par recoupements j ai compris qu il ne vivait plus chez papa-maman et à Villejuif chez une copine; pauvre garçon malgré tant d avanies qu il me fait subir il me touche beaucoup et il reste gentil avec moi.

Lui aussi comme tant de jeunes est exposé de plein fouet à  notre Crise qui affecte plus ou moins toutes les couches de la société sauf une mince pellicule de possedants, banquiers et hommes d'affaires et la cour de journaleux et d ecrivaillons qui gravite dans la mouvance.

Je fais partie des millions de sacrifies sur l autel du capitalisme mondialisé, numérique et financiarise.

La Crise française frappe tous les secteurs ou à peu près, les gilets jaunes par la durabilité de leur mouvement et les destructions qui s ensuivent achèvent le petit commerce, l artisanat, les petites entreprises et l auto entreprenariat.

Autrement dit les gens mêmes qu on cherchait à defendre vont crever au profit des grandes enseignes et du concurrent chinois.

Ajouter à cela la barbarie qui deferle dans un climat glauque; voilà  maintenant qu on.s attaque aux églises après  avoir vandalisé l Arc de Triomphe.

Nihilisme et anarchisme à  tout va.

Soyons clairs; ce spectacle me désole et a un goût  de suicide (cela evoque les derniers jours du Fuhrer: l Allemagne a été  vaincue; qu ils crevent tous avec moi ces incapables)

La politique de la terre brûlée a débuté; il semble qu on assiste au dernier acte de cette pièce nationale, celle de la destruction anarchique et de la violence; une ubris qui repond en miroir à une autre ubris celle d un pouvoir irresponsable.

L ensauvagement de ce pays qui fut le phare du bien-vivre et de la haute culture est en marche.

Pas le mouvement de même nom.

Le pouvoir actuel incompétent et psychorigide porte d ores et déjà une lourde responsabilite dans notre faillite.

Les facteurs du declin sont nombreux mais il n empêche; on aurait pu trouver plus tôt et plus vite des accomodements.

Devaster des eglises temoignent de la part des auteurs de leur inculture, de leur bassesse et sans doute aussi de laur rage d autodestruction.

Tant il est vrai que la pulsion de mort déjà à  l oeuvre lors des attentats de Paris et d ailleurs se poursuit d une autre manière.

Ces barbares n aiment pas, ne s aiment pas, n aiment pas leur pays.

La France est défigurée et l orgie de destruction amimentee par la haine de la vie ressemble au crepuscule des dieux.

Mais ici en France en 2019 ce n est pas du Wagner qu onbrejoue mais le Réel au sens lacanien qui se montre à nu.

Et je le crains un nouvel acte est en cours, celui de la violence en acte où rien ni personne ne sera épargné.

On aura ete prévenus...

 

 

 

Posté par jeanlouisgil75 à 07:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2019

Etre negatif, etre positif, etre soi-même

Ce matin de dimanche alors que le comptage des incidents, des blessés et autres incendies revient pour la nième fois dans ce malheureux pays, j aimerais revenir sur ce que, ici et là on me reproche de manière neutre, polémique ou passablement hostile à savoir la constance de ma négativité.

Je tenterai d être au plus près de la réalité qui est ma réalité pas celle de mes contradicteurs.

Voici.

Tout d abord je ne crois pas avoir une predisposition d ordre génétique à la plainte chronique et il est à savoir que et de loin j aurais préféré manifester joie de vivre et arborer le sourire radieux des acteurs d Hollywood de la haute epoque...c est clair pour moi au moins.

Justement il etait question au plan philosophique du regard que mon frère  posait sur le monde tel qu il va, un regard "neutre" au delà du plus ou du moins.

Il attribue son regard "desinfecte" à sa pratique de la meditation; bien permettez-moi d être sceptique; après tout c est mon frère personne que je pratique depuis 70 ans à peu près; tout d abord je ne suis pas convaincu par cet effet là de sa pratique qui selon les specialistes peut tout au plus ouvrir le coeur et rendre plus vivant et à ce niveau j observe chez mon frère plus de proximité avec moi et plus de souplesse.

De plus jusqu à ces derniers temps j ai souvent été frappé par son air de lassitude et de renfrognement sans parler d une fermeture incroyable sur sa vie privée.

Enfin (provisoirement) 4 choses: 1) mon pere tres proche de mon frère avait remarqué chee lui un trait: sa propension à bluffer, à crâner 2) doit jouer encore la "rivalite" fraternelle dans le style: regarde, je peux là où tu ne peux pas 3) l adoption de sa posture neutre signe a mon avis non une mise à distance du mal mais un verrouillage de la sphère affective 4) posture pour posture la neutralité au delà du bien et du mal pourrait s entendre aussi comme une posture.

J en arrive à moi et à ce que me l on reproche; je profite de l occasion pour dire que la commiseration m.insupporte; à  elle je préfère la compréhension et l empathie reelle: pourquoi ce monsieur se plaint il?

Les personnes rayonnantes de bonheur pourraient du meme coup s interroger sur leur propre attitude aussi.

C est à  se demander si l euphorie affichée par ces personnes a un fondement réel et si ce qu' elles me reprochent n rst pas in fine un reproche à elle adressée pour feindre le bonheur; dans le fond elles rejettent dans l autre ce qu elles essayent de contraindre chez elles.

Je pourrais expliquer, justifier, eclairer mon regard sur le monde present.

Je ne crois pas utile de le faire.

J ajouterai à ce que j ai déjà dit ( je suis comme tout le monde; j aimerais sourire à  la vie et je le ai eu fait et je le fais encore) cela: ma soi disant négativité repond à un besoin de plus en plus fort chez moi.

Celui de la vérité.

Au sourire de commande et à  l euphorie fabriquée je préfère etre vrai et pas seulement sur ce sujet mais sur les autres.

 

On m accordera au moins que je ne trompe pas les autres parce que je ne trompe pas moi même.

Au moins et l ethique elementaire et le respect des autres et le respect envers moi même y trouveront leur compte...

Posté par jeanlouisgil75 à 08:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]