Sous l influence d Internet (encores des dégats!), du manque de temps, de la concurrence des "écrans" de fumée et de télé, des journaux gratuits on assiste au lent et permanent naufarge de la presse...

Les kiosques ferment les uns après les autres disparaissant du paysage urbain qu ils contribuaient à caractériser.

De mon côté suivant malgré moi le mouvement, je ne lis presque plus de quotidien un peu par lâcheté, conformisme, paresse...

Que sont devenues les plumes prestigieuses de mon enfance; les Thierry Maulnier, Gaxotte, Mauriac et autres?

Nostalgie, nostalgie...
Faut-il vivre avec son temps, contre lui ou sans lui?