Ainsi que je l' avais noté ces derniers jours, le comportement des gens est de plus en plus illisible, incohérent, imprévisible, dissonant.

Un dernier exemple: un des organismes où je donne des cours depuis 14 ans, notamment en français jusqu'à l'an dernier, m annonce une demande pas loin de chez moi. Mais il m'est demandé une actualisation de mon cv; on peut se demander: quelle actualisation et surtout "pourquoi?". Le simple bon sens aurait du faire conclure à l habilitation de l enseignant sinon pourquoi m aurait-on recruté? 

Je rédige à nouveau un cv en insistant sur le fait que j enseigne en soutien depuis 14 ans sans problème, que j ai enseigné aussi dans plusieurs écoles commerciales, en communication, que j ai été critique musical, que j ai écrit quatre ouvrages de littérature générale, que j ai collaboré à la rédaction d un dictionnaire, que je n ai jamais cessé d enseigner dans le public comme dans le privé. 

Eh bien non, cela ne suffit pas à cette famille pour la raison que je n'ai pas enseigné le français en lycée (de fait j ai enseigné les sciences sociales et l économie) mais en revanche j ai enseigné la communication dans des écoles post-bac.

Sur la demande insistante d un conseiller de l organisme, "j actualise" donc illico mon cv mais le conseiller l ayant reçu me demande d ajouter "enseignement en farnçais en lycée"; je réponds que cela serait contraire à mon éthique personnelle; il n est pas question de commettre un faux...

En toute logique quelqu'un qui a enseigné jusqu à l an dernier le français connait les programmes, c'est bien le moins...

Tout cela me laisse rêveur: mais dans quel monde vivons-nous?

Les qualités de contact, la longue pratique du métier, l expression écrite et orale mise en oeuvre depuis longtemps, la variété des disciplines enseignées, gage d une certaine culture, eh bien non çà ne suffit pas...

A la demande du "conseiller" d ajouter dans le fameux cv français en lycée, j ai opposé une fin de non-recevoir claire et nette.

Au delà de quelques sous de plus, d une activité bienfaisante pour moi, du contact social, pour moi ce qui importe le plus, c est le sentiment d être en accord avec mon éthique personnelle.

Les parents avaient trouvé mon cv non amendé "incohérent". Sic.

Au delà des "exigences" presque irréalistes de ces parents, ce qui me frappe dans cette société qui va mal, c est le fait que les personnes soient de plus en plus considérées, dans les entreprises notamment, comme des objets, des variables d ajustement, des données statistiques...

La déshumanisation générale se porte bien; merci pour elle. 

Je ne voudrais pour rien au monde piétiner des valeurs qui constituent le socle de ma vie.

Le ministre démissionnaire de l Intérieur disait dans son discours d'adieu qu il craignait que la France deviennne le pays des gens qui vivent face à face et non côte à côte.

Nous y sommes M. Collomb.