On a compris: la fin de la sncf est programmée et de longue date comme le reste. Le Parlement, chambre d enregistrement ne fera qu entériner les décisions prises d en haut; du reste de par le monde on assiste à un déclin plus ou moins brutal de la "démocratie"; en France on n'est (encore) pas trop mal loti; tout est relatif hélas!

En haut lieu on joue la division entre syndicats, la lassitude légitime des futurs ex-usagers et bientôt "clients" à part entière (ce mot à lui seul est tout un programme), la garantie (?) du statut des cheminots en activité et une tout autre situation pour les futurs entrants. Plus à la merci de l employeur, plus livrés à la compétition, plus précarisés, plus exploités (on n arrête pas le progrès, antiphrase pour régression)

La défunte sncf deviendra une SA. Point n est besoin d être grand économiste pour comprendre dans les grandes lignes. Société alimentée en fonds par des investisseurs, des actionnaires; une fois de plus  c'est le capital, la logique marchande, le profit, la concurrence qui seront de mise.

Mise au pas de la société française à coup d ordonnances; d un côté on fait exploser le Droit du Travail, les mécanismes laborieusement mis en place pour protéger; de l autre champ libre à la logique implacable du profit.

Nous serons, vous serez livrés à des gens qui ont en vue la profitabilité de leur entreprise. C est çà le fond de l affaire.

L intérêt privé l emporte une fois de plus sur l intérêt général.

Vous avez dit "démocratie". Voir...