L ouvrage-choc de Rovelli sur le Temps (une fiction selon le physicien) m amène à m interroger plus largement sur la réalité du monde avec mes modestes moyens...

De nombreux penseurs ont déjà posé ce problème du statut de la réalité; Platon, dans sa superbe allégorie de la caverne nous montre que le monde commun est un jeu d illusions au regard de la réalité.Nos yeux par la réflexion philosophique sont ouverts sur la vérité. Schopenhauer parle du monde comme Volonté (la force qui anime toute chose) et représentation (l idée que nous nous en faisons à travers nos organes des sens limités et imparfaits ). La phénoménologie en gros nous fit que le verre sur le table est d abord dans mon esprit. 

Sans compter qu au plan de chacun d entre nous le monde est différent mais nul ne sait au juste comment l autre perçoit ce monde dit "commun". Sans compter le mond eperçu par nos amies les bêtes; Von Uexkull dans un ouvrage saisissant évoque les mondes différnts du chien, du chat, etc. A chaque espèce son monde, sa réalité par le simple jeu de l organisation de ses organes de perception.

Du côté de la métaphysique indienne, le Védanta insiste sur la métaphore de la corde; pour l un  c est une corde pour l'autre c est un serpent. Le bouddhisme quant à lui distingue le réel avant l illumination samsara) et le réel après l illumination (nirvana); en édinitive samsara et nirvana ne font plus qu un.

C est la physique (est-ce un hasard cette proximité des deux mots: physique et métaphysique?) qui va donner le coup de grâce à la notion de Réel.

On a déjà vu l explosive révélation de Rovelli dans le sillage d Einstein et Stephen Hawkins sur le Temps. mais le Réel du coup quel est-il? Vaste question: déjà à l échelle mésoscopique, humaine, il est le produit d une interaction de notre constitution (cerveau conformé d une certaine manière) et du monde. Comment verrais-je le même Réel avec d autres organes et un autre cerveau qui recevrait l information, et la traiterait selon d autres lois? De plus à l échelle "microscopique on sait que les atomes et les particules subatomiques nous composent un réel plein...de vide. Le plan quantique va plus loin dans cette irréalité du monde puisque le réel apparait dans l interaction de l appareil de mesure et de la particule qui existe si et de la manière dont nous l observons. De plus la particule est ici eta ailleurs et elle sa présence relève d une probabilité non d une réalité.

Le monde enfin bouge constamment à ce niveau. Le bouddhisme a montré que le Réel est Vide (une fois notre regard éveillé du songe ordinaire).

Le poète disait il y a longtemps que la vida es sueno, la vie est rêve.

On connaît le conte chinois du papillon qui se demande s il existe ou s il est un élément du rêve d un autre.

Qu il est rassurant de se remettre au niveau de la fiction commune de ce réel auquel nous croyons tous, celui du quotidien. Sinon nous deviendrions fous.

Le Réel est bien une convention mais cette convention (ras des pâquerettes, plancher des vaches) est commode, voilà tout; je pense qu il est salutaire de mettre en crise ce Réel de convention pour, par contraste l apprécier dan sa familiarité etson étrangeté quand même.

Pourquoi c est alors que ç aurait pu ne pas être (Leibniz)