De nouveau, une nuit blanche, totalement blanche malgré un surcroît maintenant inutile de médicaments. La cause en est le comportement du jeune homme à qui ja payé un petit voyage à Cannes plus versé des sommes dans la mesure de mes moyens pour lui être agréable en échange de quoi je mendie un peu d affection (pas grand chose, juste un petit bonsoir pour rassurer le grand anxieux que je suis devenu dans une sociéte de plus en plus déshumanisée.) Je précise que je n ai qu un frère plus jeune, les autres, nièce et belle-soeur exit!

Je n ai plus beaucoup à vivre statistiquement et décidément ce dernier tronçon de mon existence ressemble à ses débuts; vilain karma auraient dit les bouddhistes.

Karma ou pas le jeune homme sent de ma part une "pression". Quelle pression? Je ne demande rien que trente secondes par nuit, un petit sms d amitié; je précise que je n ai rien en échange de tout ce que je lui offre et je ne m en offusque pas. Il me reproche la différence d âge; certes (à son aune je ne suis pas sexy) mais ne pourrait-il me considérer comme un daddy?

IL doit m"appeler ce jour mais je suis épuisé; je n'ai plus d arguments et je suis l objet d un bien mauvais procés;il vit encore chez ses parents à 27 ans mais j ai répété cent fois que j étais prêt à l'aider sans retour sauf ce petit bonsoir symbolique. Mais ce petit geste est encore insupportable.

La vie est cruelle et les tibétains parmi d autres peuples du monde illustrent cette cruauté par des divinités effrayantes.

J ai le "tort" de m attacher à certains êtres. Mais voilà en face on ne sent que de la pression là où il y a de l affection de ma part.

La mort sera pour moi une délivrance; surtout dans ce pays (et sans doute ce monde) méconnaissable, où l amour n est plus qu un mot vide.