On a l impression que l informatique a été créée pour moi tant cet outil me rebute, m ennuie et in fine m apporte plus de problèmes qu il en résout. Ce matin pour la nième fois bugg d importance; cette fois il m est signalé un problème de réseau; en procédant par essais et erreurs, j ai stoppé la commande générale puis rallumé le tout et (miracle!) le pc a repris vie. Ce qu il y a de bon en informatique c est l opacité du fonctionnement...Je rappelle pour la petite histoire que j ai été parmi les premiers à posséder un ordinateur ( à l époque il n y avait pas la couleur) et internet (époque du moteur Altavista). Soyons honnêtes je fus enthousiasmé: le monde à ma portée avec les webcams qui me fascinaient comme un enfant. New York en temps réel comme si on était posté au coin de la 42me rue et de la 5me avenue depuis une fenêtre.

Mais avec le temps j ai déchanté et j en suis à mon 6me ou 7me appareil; je précise que ja i pris plusieurs mois de cours auprès d un jeune ingénieur par ailleurs philosophe dont je pensais même faire un ami; il m'a apporté les bases de l informatique pratique.

Je mes ouviens encore du jour où il m a dit: on n en a jamais fini avec l informatique (je le comprends!) et il se plaignait de l incessant changement que le spécialiste doit suivre (quelle fatigue pour l esprit déjà si encombré de nos jours!)/

Outre ce problème du reste récurrent, l avalanche de mauvaises nouvelles et une nuit médiocre...

Et toujours mon anxiété de base comme un bourdon qui m accompagne sans cause précise...

Dans ce fatras de mauvaises nouvelles entre guerres sans fin et baisse de Wall street une petite note d espoir avec les premières sévères difficultés d un gouvernement que je n aime pas, en particulier avec sa politique austéritaire qui aggrave la situation. Est-ce ainsi qu il compte faire diminuer les lourds effectifs du chômage. Partout on entend qu un tel a été obligé de quitter son entreprise ou d accepter un déclassement.

Certes il y a toujours eu de difficultés d emploi mais jamais à ce niveau.

Mais surtout à l arbitraire des situations s ajoute un sentiment d absurde. J ai cette impression que même si vous êtes un très bon salarié, "performant" comme on dit il peut toujours arriver que vous soyez remercié comme çà...

Une fois de plus nous sommes des pions dans un jeu dont les règles nous sont opaques ou des marionnettes dont on ne connait pas le marionnettiste.

Soyez heureux nosu répète-t-on as nauseam.

Ah. Et comment çà? On est en plein double bind comme disent les spécialistes autreement dit de quoi nous rendre fou.

Mias résistez avec vos ressources propres comme vous pouvez et le devez au nom du respect que vous devez à vous-mêmes...