Hier, deux cours particuliers, le matin, assez difficile pour moi, ni moi ni l'élève n'ayant de matériel...Il a fallu improviser pendant deux heures. On a beau être en français il ne s'agit pas de parler pour remplir le vide mais le pari a été tenu; il est vrai que j ai une certaine aisance verbale. A mon avis le jeune que je suis depuis deux ans traverse une crise en ce moment (pas seulement en ce moment); visiblement ses intérêts le portent ailleurs vers le modélisme et plus d une fois il a fait preuve de capacités d analyse mais cela ne saurait suffire. A sa décharge il est inscrit dans un établissement très exigeant et il  ma dit être stressé lors des contrôles; comme il a en horreur la lecture son 7 sur 20 n étonne pas.

Mais à la fin du cours sa mère qui m insupporte, les voeux vite expédiés me dicte littéralement ce que je dois faire. C est très pénible pour moi; l ingéreinc, plus forte en cette époque des parents dans le travail enseignant. IL est vrai que parfois l enseignant est défaillant et cette ingérence se justifie mais je ne pense pas que c est mon cas. En outre, cette dame est le genre de personne avec laquelle toute discussion s avère impossible. C est elle qui dit le vrai point.

Il y aurait beaucoup à dire sur cet élève et sa difficile situation existentielle; j y reviendrai.

Le cours d el après-midi ma un peu réconforté. Premier cours avec une jeune fille visiblement soucieuse de bien faire et capable de surcroît. Ici c est l enseigant en titre qui était en cause, un émigré du supérieur qui balance son cours comme s il s agissait d étudiants.

J ai été satisfait de ma prestation puisque j ai pu tenir plus de deux heures à commenter l excipit de "la peste" de Camus. J ai "plu" à l élève semble-t-il et à la mère inquiète à juste titre du retard des cours. On a exprimé le souhait que je poursuive avec l élève jusqu à la fin de l année.

On voit que les situations varient beaucoup d un élève à l autre avec des paramètres différents qui modifient le donné de base.

A moi d en jouer et de m adapter, ce qui rend mon travail difficile mais intéressant.

Et je dois faire preuve chaque fois de sensibilité à la situation avec tous ses aspects, de flexibilité et de tact...

Tout en tenant compte de cette ingérence nouvelle des parents qui rejoint (Internet y est pour beaucoup) celle que d autres professionnels doivent accepter: on discute par exemple de plus en plus les conseils et diagnostics des médecins; on sait d avance ce qui doit être dit. Bien entendu c est une tendance générale plus qu une réalité systématique.