Au retour d un séjour à Cannes avec le jeune homme qui est pour moi un filleul non officiel, certes non dénué de frictions et tensions (mais comment peut-il en être autrement dans un voyage à deux même de bonne volonté?) la rentrée à Paris est difficile pour moi.

Je retrouve ma solitude honnie, la grisaille, la mauvaise humeur. Sans compter un retard de près de deux heures du TGV (la situation sur les lignes est telle que, à présent, un retard dvient la norme)...

Seul point positif d un triste retour: le taxi fut vite trouvé mais en revanche le chauffeur s est plaint de la vie devenue pénible à Paris. A qui le dites-vous, cher Monsieur?

Cela étant la crise qui affecte ce pays se sent nettement y compris sur la Riviera. Les hôtels étaient moins fréquentés de même que les restaurants.

Et toujours la question lancinante sans réponse: mais où vont les gens? J ai quitté un Paris que je déteste à présent vidé de ses habitants grincheux et en province il y a moins de monde.

Ultérieurement je compte développer les difficultés de la vie à deux, certes compensées par le réconfort de n être plus seul...