Visionné hier un très beau documentaire sur Sidney Lumet; l interview de ce réalisateur prolifique (quelque 50 films à son actif) a montré la simplicité, la sagesse et la connaissance de l humain qui forcent l admiration.

Enfance dans la misère mais un talent pour le cinéma précoce, avec des débuts remarqués à la télévision américaine.

Ayant vécu à New York, j ai eu droit à des vues de cette ville qui me passionne depuis bien longtemps. Lumet, d'origine juive russe comme tant d autres habitants de la grosse pomme, sait d instinct comment filmer, diriger les acteurs, les mettre en valeur, détecter leur talent.

Il restera ne serait-ce que par son célèbre et inoubliable film "12 hommes en colère" sur les passions humaines, le sens de la justice, les préjugés, l intelligence et la bêtise, avec Henry Fonda, impressionnant de vérité et de sobriété. Le thème de la Justice revient souvent dan son oeuvre. Il nous a appris que dans son enfance il avait assisté à une scène de viol collectif qui l a marqué à jamais. 

Peut-on croire en l Homme après Auschwitz, ce thème obsédant revient en sourdine avec cette question poignante et difficile: l homme est-il bon ou méchant?

Pour revenir au ras des pâquerettes, j ai été déçu de voir ce très grand directeur d acteurs qu était Lumet "traité" seulement dans le supplément dit Thesaurus de l Universalis. Mais au fond la critique peut tout aussi devenir objet de critique comme ce qu elle soumet à ses jugements...