Bien sûr il y a dans ce pays ou ailleurs de brillantes exceptions (jeunes disposant d un riche capital fiancier, culturel, relationnel, les fameux "héritiers" de Bourdieu moins nombreux que du temps maintenant qualifiable d "heureux" du sociologue) mais ce pays a mal à sa jeunesse. Et c'est mauvais signe car qu'en est-il de l'avenir?

Je connais ce garçon dont je parle souvent qui ne dispose d aucun des capitaux dont parlait Bourdieu. Il doit se contenter de petits boulors harassants, répétitifs et mal payés pour dit-il honorer se dettes. Lesquelles? Je n'ai pas osé le lui demander mais lors de nos échanges quasi quotidiens toujours virtuels il y eut uen pause et j ai deviné qu il pleurait. Il me l'a révélé et je lui ai dit que j avais compris...Ce pauvre garçon vit chez ses parents à près de 27 ans...

Pourtant il a la peau blanche et porte un nom bien de chez nous. IL rêve de faire carrière au cinéma mais habite loin de Paris où tout se décide. Je lui ai déjà proposé plusieurs fois de vivre chez moi...

Il a un coeur d'or mais çà n intéresse plus grand monde de nos jours où la cupidité règne majoritairement.

On peut reprocher à ce jeune homme de trop rêver et d être bien naïf mais je me retrouve un peu en lui.

Il rêve justement d un portable "dernier cri" qu il achèterait d occasion pour 350 €; non sans hésitation il m'a demandé de lui payer cet objet; en cela il est bien de son temps...C'est quand même une jolie somme pour moi mais je vais essayer de lui faire plaisir parce qu il le mérite moralement.

Triste époque vraiment...