Heureusement pour moi qui vis seul et supporte si mal cette solitude, il reste la radio. Elle offre plusieurs avantages: c'est une voix, quelque chose de plus vivant, plus incarné à l'époque du virtuel, du fantomatique, de l'illusoire, de l insaisissable. Plus encore c'est une vois amie qui vous entretient de choses qui vous intéressent, vous passionnent, vous font rêver, vous interpellent, vous font penser. J'aime particulièrement une des rares institutions qui marchent encore dans ce pays que je ne reconnais plus tant il ne marche plus. Tel un ivrogne qui titube et ne trouve plus son chemin. C est la France telle que je la perçois en 2017.

France Culture porte bien son nom et le mérite; à la limite c en est presque trop riche. Comme une nourriture certes appétissante mais qu on digère mal.

On devrait aérer les émissions, y introduire un peu de légèreté; en général, écho de ce temps de catastrophe, c'est encore et toujours les malheurs de notre société qui y sont déclinés. La radio surtout une chaîne culturelle ne pourrait être qu une simple chambre d'échos; on est abondamment servis ailleurs.

Pourquoi pas des tranches d humour, des reportages d espoir sur les projets porteurs, les actions positives, les individus qui changent le monde, ceux dont on parle peu et qui méritent notre attention.

Pourquoi ne pas donner la parole au citoyen de base et ouvrir une boite à idées?

Mais je reste convaincu que la radio m'aide ...à vivre.